SOFIA I FR I Guéorgui Raphailov

Прочетете тази статия в българската

Read this article in English

Guéorgui Raphailov
GRID
30.12.2013  – 17 h
77a, Dimitar Hadjikocev Str. Sofia 1421, Bulgaria


Introduction

Je m’appelle Georgi Raphailov. Je suis Bulgare. Après avoir obtenu mon diplôme à l’Université d’Architecture, de Génie Civil et de Géodésie (UACG) en 2014 à Sofia, j’ai commencé à travailler en tant qu’architecte indépendant sur des projets de bâtiments industriels et de grandes constructions du type hangar ou grands magasins.

En 2011, nous avons fondé l’agence GRID Architects & Engineeers. Parmi nos réalisations les plus récentes, comptent un petit planétarium scolaire à Koprivshtitsa (Bulgarie), une maison de vacances à Pavel Banya (Bulgarie) et l’aménagement d’une plage urbaine sur le toit d’un centre commercial à Sofia.

Le point commun de ces projets est que tous trois se ressemblent, tant du point de vue du dessin que du principe constructif ; nous avons à chaque fois repris le concept de dôme géodésique.

Questions

Quel bâtiment auriez-vous voulu avoir dessiné ?
Georgi Raphailov :
La cour intérieure du British Museum.

Le projet dont vous êtes le plus fier ?
Celui qui est à venir.

Le détail fort de l’un de vos projets ?
Par exemple, la peau extérieure que nous avons conçue pour le planétarium de Koprivshtitsa. Nous voulions autant que possible utiliser des matériaux naturels. Pour l’isolation, nous avons utilisé de la laine de mouton et nous avons couvert le toit du dôme géodésique de brindilles.

Quel projet architectural ne feriez-vous jamais ?
Je n’ai jamais réfléchi à cette question. Peut-être ne ferais-je jamais de centre commercial.

Quelle serait pour vous la cité idéale ?
Pour moi, le cadre de vie parfait n’est pas la ville ou toute autre forme de milieu dans lequel l’habitat est regroupé. Tout est lié au progrès des nouvelles technologies actuelles. De nos jours, il est possible d’échanger des informations à de grandes distances. Il n’est plus nécessaire d’être étroitement (ou densément) regroupés pour vivre et travailler. Ce qui se passe actuellement en Chine ne relève pas du tout de la cité idéale telle que je l’imagine.

Préférez-vous parler ou dessiner ?
Dessiner !

La première fois que vous vous êtes senti architecte ?
Je devais, pour l’un de mes premiers projets, concevoir un vaste hall pour un grand magasin. Quand je suis allé sur le chantier, les ouvriers étaient en train de positionner les colonnes selon des distances allant de 12 à 19 mètres les unes des autres. Ces grandes dimensions m’ont impressionné ; je me suis senti fier d’avoir dessiné ce projet.

La question qui vous tourmente ?
Je suis tourmenté par le fait que la Bulgarie est un peu trop ‘provinciale’ en termes d’événements. Les gens ici n’ont pas suffisamment confiance en leurs propres capacités. Ils n’osent pas croire qu’ils sont capables de faire des choses intéressantes, ce qui les empêche de créer. La situation est, par ailleurs, ambiguë : le chômage est important dans le pays. Nous avons la possibilité de créer mais, dans la plupart des cas, il n’y a presque personne à qui s’adresser.

Qu’est-ce qui vous exaspère en architecture ?
Ce que que je viens de vous décrire a une influence directe sur l’architecture. Notre société n’ose pas rêver. Elle ne croit en elle.

Le bâtiment le plus grotesque de Lyon ?
A Sofia, nous avons l’un des bâtiments les plus étranges au monde. Il est signé de l’architecte Siméon Simeonov. C’est une école primaire en forme d’escargot multicolore. La porte de la maison est telle une grande bouche. Une coccinelle et une abeille sont perchées sur le toit et les antennes de l’escargot camouflent deux lampadaires.

Votre musique du moment ?
En ce moment c’est Rudimental, un collectif de musique électronique britannique situé entre la drum’n’bass, la jungle et le dubstep.

Que diriez-vous aux jeunes architectes ?
Créez des projets extraordinaires mais créez-les pour les gens !

L’architecte qui vous accompagne ?
Frank Lloyd Wright

Ce que vous retenez de vos années d’études ?
Quand j’étais étudiant, j’ai eu la chance de faire un tour du monde !

Pour vous, c’est quoi la suite ?
Pour le moment, nous ne faisons que de beaux projets. Je considère aussi que nous devrions porter plus d’attention à l’environnement et à sa protection. Je pense qu’un bâtiment devrait avoir le moindre impact possible sur la nature. En Bulgarie, personne ne se préoccupe de l’architecture dite durable. Rares sont ceux qui prennent en compte la distance entre le chantier et le lieu d’origine d’un matériau, mieux encore de la manière dont il est produit.

Photos d’agence ©Architects I Met

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s