STORY FRENCH

“Architects I Met” est né en octobre 2012 sur une terrasse de café. Nous étions deux jeunes architectes avec le besoin de partir, de vivre l’architecture autrement qu’à l’école ou en agence. Deux semaines pour créer l’association, définir notre projet, charpenter les interviews et les tester avec des architectes Lyonnais et nous voilà en Californie.

Après s’être installées dans une maison de néo-hippies, nous nous sommes rendues aux événements et conférences touchant à l’architecture. Nous prenions les noms de ces architectes locaux qui créaient le paysage san-franciscain d’aujourd’hui.  Ensuite, le principe était simple : se présenter à toutes les portes pour rencontrer ces urbanistes, architectes, scénographes, professeurs, étudiants et leur proposer une interview d’une demi-heure, autour d’un café, un thé ou un apéritif. Ils nous recevaient, nous parlaient d’eux, de leur métier et de leur ville.

Durant un mois, nous avons arpenté San Francisco d’agences et agences, du centre à la périphérie, de haut en bas, par les tissus qui nous échappent, bien souvent, lorsqu’on visite une ville et avec pour seul guide de voyage les témoignages de ces architectes qui la construisent. Ils nous ont emmené faire du yoga dans la Grace Cathedral, participer à des ateliers dans le jardin collectif du 18th and Rhode Island Garden, assister aux rendus de diplômes des étudiants de CCA, découvrir l’art underground dans les rues Oakland lors du First Fridays Art Walk, visiter les ateliers de leurs ébénistes ou designers et plus simplement écouter ce concert, goûter cette spécialité, admirer ce lieu…

Le projet n’a cessé d’être nourri d’anecdotes humaines qui conforment le vieil adage “le monde est petit”. David Fletcher nous a invitées à découvrir la dernière exposition au SFMOMA, où nous avons pu apprécier les oeuvres de Thom Faulders interviewé quelques jours avant dans un bar près du California College of Arts. Eb Min nous parle émue de sa première expérience professionnelle chez Topher Delaney que nous avons rencontré dans son épicerie de produits du monde lors d’un petit encas.

En plus de la découverte de ce réseau existant, ces rencontres nous ont guidé vers une réflexion professionnelle sur la manière de faire vivre une agence. Notamment lorsqu’un urbaniste nous présente ses travaux et concours non réalisés dans une interface de jeu vidéo où l’agence utilise ses savoir-faire en travaillant sur la création virtuelle. Mais aussi lorsqu’un des associés d’une agence nous explique l’intérêt d’avoir un siège à la fois dans une ville comme San Francisco et dans une petite ville du Nebraska afin d’accéder à des commandes variées et à surmonter la crise.  Comprendre le programme à 1 % de Public Architecture qui connecte les organismes à but non lucratif ayant besoin d‘aide à la conception architecturale avec des entreprises d‘architecture ou de design prêtes à donner de leur temps bénévolement.

De retour en France, nous avions recueilli 30 témoignages d’architectes, beaucoup d’anecdotes, bien plus encore de rencontres, d’inspirations, de références et de valeurs. Désireuses de continuer ces moments d’échanges et de plaisir nous avons poursuivit nos interviews dans différentes villes où nous étions de passage : Los Angeles, Hawaï, Madrid, Paris, Lisbonne et Lausanne.  Ces nouvelles séries d’interviews nous ont conforté dans l’idée que la rencontre et l’échange de savoirs sont révélateurs d’un instant de la création contemporaine architecturale et qu’il est nécessaire de les partager.

AIM-globe

Advertisements